Devant le théatre municipal le soir où Moubarak a « Dégager » !!

« Mezwid 5addem » devant l’ambassade de l’Egypte ce soir !!

Une Fillette qui dérige une manif devant l’ambassade de l’Egypte

J’ai croisé cette petite fille devant l’ambassade de l’Egypte, elle criait « DEGAGE… DEGAGE…. » et  » AL CHA3B YOURID TA7RIR FILASTIN » !!! 🙂

Censure ou pas censure ? c’est ça la question…

C’est officiel, il n’y a plus de censure sur l’internet en Tunisie (pour le moment). Tout les sites sont ouvert, des sites censuré par l’ancien régime pour des raisons que nous connaissons tous,au sites des opposons politiques, et même les sites porno, extrémiste et terroriste.

La raison pour cette « dé-censure » et l’application directe des lois existant. En Tunisie il n’existe pas de loi internet, le seul qui a le pouvoir d’ordonner la censure d’un site est le tribunal. Donc en attendant la création d’une telle loi, nous jouissons d’une internet brut en Tunisie, sans additifs ni suppléments.

Mais voila, cette décision ne plait pas à tout le monde. Loin de la politique, certain n’accepte pas que certains sites soit accessible aussi facilement, de peur pour leurs enfants ne tombe sur une site porno ou un site qui les incite au suicide (et admettant le, c’est assez facile et assez courant). Mais a part le porno, il existe aussi des sites qui encourage le terrorisme ou l’extrémisme religieux et d’autre qui montre comment fabriquer une bombe ou une ceinture explosive.

Il y a deux avis divergent concernant cette problématique :

Certains disent qu’il faudrait censuré les sites heurtent les moeurs et qui incitent à la violence. Et que ceux qui veulent regarder des sites porno (soit par solitude ou par amour du l’art) peuvent utiliser les proxy comme ils faisaient depuis toujours.

Et d’autres pensent que puisque maintenant nous vivons dans un pays libre, alors il faut qu’internet soit libre aussi et qu’aucun site ne sois censuré. « Si tu n’aime pas les sites porno, ne le visites pas » ils disent, « et si tu veut protéger tes enfants, il y a des logiciels qui font exactement ça ».

Donc il existe deux solution:

– Censurer certains sites, et ceux qui veulent y accéder n’ont qu’a utiliser un proxy.

– Une internet sans censure, et ceux qui veulent fermer certains sites n’ont qu’a utiliser un logiciel spécial.

Les deux solution sont logique, faisable et surtout à égalité… Donc il faudrait trancher…

Pour ne pas juger ni l’un ni l’autre, il faudra une solution simple, équitable et qui n’inclus pas de manipulation technique (proxy ou autre).

La solution réside alors avec les Fournisseurs d’accès Internet FAI, il faudra qu’ils propose des pack différent à leurs clients. Par exemple un pack pour les familles qui censure tout les sites porno et un pack libre pour les autres.

En fin de compte il existe toujours une solution pour chaque problème, alors ne s’attardant pas sur de tel chose et construisant notre pays sur une base solide.

La Tunisie, laïque ou islamique ?

Tout d’abord il faut définir état laïque et état islamique.

Etat Laïque

La laïcité est la séparation totale du civil et du religieux dans l’état, il s’agit de la sécularisation des institutions politiques d’un État, à savoir que cet État ne s’adosse à aucune religion officielle, ni ne suppose quelque onction divine.

Etat Islamique

La conception islamique fondamentale « ‘aquida » est la base pour le système islamique, sa civilisation, ses normes. Al ‘aquida est aussi la seule base pour établir les lois de l’’Etat islamique. Parmi les critères fondamentaux de l’état islamique :

– la souveraineté revient à la charia: ni les dirigeant ni le peuple n’’ont le droit d’’inventer des lois pour organiser les rapports entre les hommes, le Quran est la référence unique.

– le pouvoir appartient au peuple et c’est lui qui le confie à celui qu’il choisi. En Islam donc, le plus haut poste de l’’état ne peut être occupé par un homme qui n’’a pas fait l’’objet d’’une forme d’élection.

Donc par définition, la Tunisie n’est pas un état laïque, ni islamique d’ailleur. La Tunisie est à mis chemin entre les deux.

D’après ce que je vois sur Twitter et Facebook, plusieurs sont ceux qui appel à la laïcité. Ils semble tous avoir oublier l’article premier de la Constitution Tunisienne « La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain; sa religion est l’Islam, sa langue l’arabe et son régime la république » !

La Tunisie ne peut être 100% laïque, elle ne l’été pas et ne le sera jamais. C’est vraie par exemple que le Code du statut personnel abolit la polygamie malgré que l’islam le permet, mais ce n’est pas de la laïcité. La loi Tunisienne, et malgré qu’elle appel à l’égalité entre l’homme et la femme, applique toujours la « charia » dans les cas de l’héritage par exemple.

Donc oubliant cette histoire de laïcité et d’islamisme, nous sommes ni Américain ni Saoudien, nous sommes Tunisiens. Il faut adopter un système qui va avec notre histoire, notre culture et nos idéologie… et si il n’existe pas, il faudra l’inventer 🙂

Histoire de la Tunisie: de -1100 à 2002


-1100
Les Phéniciens installent des comptoirs en Tunisie
Grands commerçants maritimes, les Phéniciens fondent le comptoir d’Utique, non loin de Tunis. Durant cette période, ils se sont installés et s’installeront encore sur une grande partie des côtes africaines.

-814
Fondation de Carthage
D’après la légende, la reine de Tyr, Élissa, fonde la ville de Carthage. Déjà comptoirphénicien, la ville connaît un développement très rapide et domine peu à peu la totalité de la côte tunisienne et d’Afrique du Nord.

-256
La guerre punique s’étend en Afrique
Le consul romain Atilius Regulus décide de porter la guerre jusqu’en Afrique, espérant ainsi surprendre les Carthaginois. Le conflit, qui dure depuis déjà 8 ans ne donne aucun résultat, d’un côté comme de l’autre. Aussi, cette attaque pourrait certainement faire pencher la balance. Regulus débarque avec ses troupes au cap Bon, une riche région carthaginoise d’Afrique. Malgré les lourdes pertes essuyées par les Puniques, le consulromain est finalement arrêté et fait prisonnier par ses ennemis.

-202
19 octobre
Fin de la deuxième guerre punique
Après avoir écrasé les Carthaginois en Espagne, le général romain Scipion débarque enAfrique du Nord en -204, afin de mettre à mal les Carthaginois. Pendant ce temps,Hannibal poursuit sa progression en Italie, sans trouver l’occasion d’écraser Rome. En difficulté, Carthage finit par appeler son général à l’aide. Hannibal rejoint aussitôt sa patrie pour la défendre mais se heurte au roi Numide, Massinissa, allié à Scipion. En -202, Hannibal essuie une défaite cuisante contre les forces ennemies à Zama.Carthage sera contrainte de céder l’Espagne et les îles méditerranéennes ainsi que de payer de fortes indemnités à Rome. À son retour, Scipion prendra le surnom de « Scipion l’Africain ».

-149
Scipion Émilien amorce la troisième guerre punique
Depuis la seconde guerre punique, Carthage a retrouvé son rayonnement économique et suscite la méfiance de Rome. Aussi, Scipion Émilien entreprend de détruire définitivement la ville, lançant la troisième guerre punique. Il parviendra à forcer les portes de Carthageaprès un siège de trois ans. Les principales raisons qui peuvent expliquer ce troisième conflit sont la montée d’une politique démocratique influente qui dérangeait Rome, et les relations conflictuelles entre Carthage et le roi numide, Massinissa. Aussi, Rome aurait prétexté le non-respect d’un traité signé auparavant entre les belligérants pour lancer l’offensive.

-146
Rome annexe la Tunisie
Au lendemain de la troisième guerre punique, les Romains s’emparent de la Tunisie. Ils réduisent Carthage en ruines avant d’inclure la région à l’empire romain d’Afrique. Ils développeront d’ingénieuses méthodes agricoles, contribuant ainsi au développement économique et architectural du territoire.

-146
Destruction de Carthage
Après trois ans de siège, le Romain Scipion Émilien parvient à pénétrer dans la ville deCarthage. La cité entière est rasée et les survivants sont vendus comme esclaves. Les territoires carthaginois formeront la province romaine d’Afrique. Ainsi s’achève la troisième et dernière guerre punique.

533
Conquête byzantine de la Tunisie
Le général Bélisaire s’empare de Carthage et chasse les Vandales. Ces derniers occupaient le territoire depuis 439. La région connaîtra une grande instabilité provoquée par une politique fiscale démesurée.

670
Okba ibn Nafi édifie Kairouan
L’émir Okba Ibn Nafi fonde la cité de Kairouan. Quelques années plus tôt, les Arabesavaient déjà profité de l’instabilité régnante sous les Byzantins pour occuper les terres. Cette édification marque plus concrètement leur domination et provoquera de fortesrévoltes berbères. Les combats aboutiront malgré tout à la prise arabe de Carthage en 695.

800
La dynastie des Aghlabides
Ibrahim ibn el-Aghlab fonde sa dynastie et règne ainsi sur l’Ifriqiya (Tunisie, territoires annexes). Sous l’autorité nominale du calife de Bagdad, il établit sa capitale à Kairouanet la pare de monuments remarquables. Ses successeurs et lui-même s’appliqueront à développer les arts et la culture islamique. Ils pousseront plus tard leurs frontières jusqu’en Sicile mais seront finalement chassés par les Fatimides en 909.

1051
Les Fatimides envahissent la Tunisie
Régnant déjà sur le Maghreb, les Fatimides s’affaiblissent et tentent de reprendre le contrôle en chassant de Tunisie la dynastie vassale des Zirides. Kairouan est ravagée tandis que la domination arabe s’intensifie. Toutefois, ces conflits mèneront à l’invasiondes côtes par les Normands dont Abd el-Moumin, chef berbère almohade, viendra finalement à bout.

1236
Les Hafsides de Tunisie, vers l’indépendance
Jusqu’alors vassale des Almohades, le gouverneur de la Tunisie Abou Zakariya met en place la dynastie des Hafsides. Profitant des conséquences de la bataille de las Navas de Tolosa, il déclare son indépendance et fait de Tunis sa capitale. La région portera désormais le nom de « Tunisie » et les Hafsides bénéficieront du titre d’ « émir des croyants ». S’en suivront quelques conflits avec les Chrétiens et les Espagnols avides de reconquête. Toutefois, la région bénéficiera d’une certaine prospérité jusqu’à la conquêteottomane.

1270
25 août
Saint-Louis s’éteint à Tunis
Le roi Louis IX, dit Saint-Louis, meurt à 56 ans à Tunis lors de la VIIIème Croisade. Il avait déjà été le chef de la VIIème Croisade en 1248 qui s’était soldé par un échec. Célèbre pour sa piété et sa sagesse, il avait arbitré plus d’un conflit entre les princesd’Europe. En France, avec les enquêteurs et les légistes, il a posé les bases d’un pouvoirroyal fort.

1534
Les Turcs prennent Tunis
Barberousse pénètre les terres tunisiennes et envahit la capitale. Le roi hafside Moulay Hassan est secouru par Charles Quint qui en profite pour imposer son autorité sur lui et sur la région. Toutefois, les Turcs ne s’en tiendront pas là, ils prendront le dessus sur les Espagnols et récupèreront Tunis, asseyant ainsi leur domination sur le pays.

1705
Hussein ibn Ali prend le pouvoir tunisien
Le bey Hussein ibn Ali met fin à la dynastie mouradite et instaure une monarchieabsolue. Il fonde la lignée des Husseinites, qui règnera sur la Tunisie jusqu’en 1957. Ses successeurs tenteront de s’affranchir de l’autorité ottomane et bénéficieront d’une autonomie importante. Toutefois, durant le siècle suivant, le pays devra faire face aux difficultés financières et aux ambitions des pays européens.

1861
26 avril
Mohammed es-Sadok Bey établit une Constitution
La première constitution du monde arabe est promulguée par Mohammed es-Sadok. La Tunisie connut de grands changements durant les années précédentes, marqués notamment par l’abolition de l’esclavage. Cette Constitution suit plus ou moins le modèle occidental dans le but d’améliorer les relations internationales du pays. Toutefois, la Tunisie est fortement endettée et rapidement soumise à une commission financièreinternationale.

1881
12 mai
La Tunisie sous protectorat français
Le gouvernement français et le bey (souverain) de Tunis signent un traité au palais deKassar Saïd, près du Bardo, dans la banlieue de Tunis. La Tunisie, sous la tutelle franco-italo-britannique depuis la crise financière de 1867, reconnaît alors le protectoratfrançais. Dès le mois d’avril, les troupes françaises avaient envahi le territoire, sous prétexte que des Kroumirs franchissaient la frontière algérienne. Face à l’invasion, le beyde Tunis, Sadok bey, a fini par céder. Par ce protectorat, la France espère protéger ses positions en Algérie.

1934
2 février
La naissance du Néo-Destour
Habib Bourguiba fonde le Néo-Destour. Il est né d’une scission du Destour, mouvement nationaliste mis en place en 1920. Plus radical, il s’appuie sur un système démocratique tourné vers l’Occident. Le groupe sera vite confronté aux réactions françaises. Bourguibasera arrêté et déporté.

1954
31 juillet
Mendès France prononce un discours à Carthage
Les émeutes nationalistes et les attentats ravagent le pays depuis plusieurs années. Afin d’apaiser les tensions, Pierre Mendès-France, alors président du Conseil français, prononce un discours retentissant à Carthage. Il propose d’instaurer dans le pays une autonomie interne. Il met ainsi un terme aux manifestations et à la violence. Plusieursaccords seront signés entre le ministre tunisien Tahar ben Hammar et Edgar Faure, concrétisant cette annonce.

1956
20 mars
Indépendance de la Tunisie
La France reconnaît l’indépendance de la Tunisie 18 jours après avoir reconnu celle duMaroc. Le traité du Bardo signé en 1881 qui établissait le protectorat français dans le pays est abrogé. La signature du protocole d’indépendance ne s’est pas faite sans heurts : deux colons français ont été assassinés et les attentats se sont multipliés. Après les élections d’avril 1956, Habib Bourguiba devient chef du gouvernement. Il proclamera laRépublique tunisienne en juillet 1957 et en deviendra le premier président.

1956
13 août
Décret du Code du statut personnel
Bourguiba instaure le Code du statut personnel. Ce dernier abolit la polygamie et améliore la position de la femme au sein de la société et de son foyer. Le divorcejudiciaire est mis en place et le mariage interdit aux jeunes filles de moins de 17 ans avec le consentement obligatoire de la mère. Il met ainsi en place l’égalité entre homme etfemme, renforcée par des mesures établies en 1987.

1956
12 novembre
La Tunisie intègre les Nations Unies
La nouvelle Constitution tunisienne vient d’être adoptée par l’Assemblée. Le peuple tunisien détient désormais les pouvoirs législatifs. La Tunisie entre alors au sein desNations Unies, scellant encore plus concrètement l’indépendance du pays.

1957
25 juillet
La République de Tunisie est proclamée
Au lendemain de la fin du protectorat français, la monarchie des beys est abolie et laRépublique établie. Bourguiba devient alors le premier président de la Tunisie et conservera le pouvoir jusqu’en 1987. Ses premiers objectifs consisteront à libérer son pays de toute présence française, ce qui engendrera de nombreux conflits, parfois sanglants, entre les deux états.

1958
8 février
Bombardement de Sakhiet Sidi Youssef
En fin de matinée, onze bombardiers B 25 et six chasseurs français bombardent le village tunisien de Sakhiet Sidi Youssef à la frontière algéro-tunisienne. Le village est détruit, 62 civils sont tués et 130 personnes blessées. Au même moment, un convoi de la Croix-Rouge arrivait à Sakhiet pour y livrer des vivres. Plusieurs véhicules sont touchés. La communauté internationale est indignée. Le président tunisien Habib Bourguiba exige leretrait des troupes françaises de son pays. Le bombardement de Sakhiet Sidi Youssef est opéré en guise de représailles car, vers 9 heures du matin, un avion dereconnaissance française a été touché par l’ALN (Armée de Libération Nationale) algérienne.

1961
19 juillet
Les Tunisiens assiègent Bizerte
Les troupes tunisiennes envahissent la base navale de Bizerte, occupée par les Français. La réplique française, deux jours plus tard, sera particulièrement violente, faisant plus d’un millier de victimes. Sous la pression des Nations Unies, les deux camps cesseront le feu et entameront des discussions plus pacifiques. Ce n’est qu’enoctobre 1963 que la France se décidera à évacuer la base.

1975
mars
Bourguiba président à vie
L’Assemblée nationale décide de nommer Habib Bourguiba président à vie. Chacun s’accorde à considérer ce dernier comme le véritable fondateur de la Tunisie moderne. C’est ainsi qu’exceptionnellement, le président est autorisé à conserver le pouvoir jusqu’à sa mort. Il sera malgré tout exclu de la vie politique en 1987 par Ben Ali en raison, semble-t-il, de problèmes mentaux.

1978
26 janvier
Émeutes violemment réprimées en Tunisie
Le Premier ministre tunisien, Heidi Nouira, s’efforce depuis quelques années d’appliquer une politique plus libérale. L’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) s’oppose dès lors au Néo-Destour, parti unique de Bourguiba. Il organise une grève générale qui se termine très vite en émeute. Le gouvernement réplique par la violence, faisant plusieurs dizaines de victimes. Afin d’apaiser les tensions, le président Bourguiba autorisera le pluralisme politique quelques années plus tard.

1983
29 décembre
« Émeutes du pain » en Tunisie
Afin de rétablir une situation économique stable et solide, le président Bourguiba mit en place une forte augmentation des denrées alimentaires de base. Suite à cette décision, des émeutes ont lieu dans le pays, et notamment à Sfax et à Tunis. Plus de 70 tunisiens perdront la vie. L’état d’urgence sera décrété et Bourguiba sera contraint d’annuler les hausses établies.

1987
7 novembre
Destitution de Bourguiba
Le président à vie de la république tunisienne et déposé par le Premier ministre, le généralZine Ben Ali. Le Coup d’Etat non-violent fait suite à un rapport de médecins stipulant « l’incapacité physique et mentale du Combattant suprême.  » A 84 ans Habib Bourguibaest contraint de quitter le pouvoir, Ben Ali devient quant à lui le nouvel homme fort de la Tunisie.

1989
2 avril
Zine Ben Ali à la présidence
Jusqu’alors Premier ministre, Zine Ben Ali est élu président de la République à la suite d’élections présidentielles et législatives. Afin d’apaiser les tensions soulevées par les mouvements islamistes, il avait autorisé ces derniers à s’y   présenter. Il mènera ainsi quelques temps une politique démocratique et libérale mais préférera, dès 1990, un retour à la répression, notamment contre ces mêmes mouvements islamistes. Ben Ali sera réélu en 1999, puis en 2004.

2000
6 avril
Décès de Bourguiba
L’ancien président de la République tunisienne Habib Bourguiba décède à l’âge de 96 ans. Il sera inhumé deux jours plus tard à Monastir. Ses obsèques suscitent une certaine indignation tunisienne et internationale. On reproche en effet au gouvernement d’avoir déprécié la cérémonie.

2002
26 mai
Zine Ben Ali fait modifier la Constitution
Le président de la République tunisienne fait adopter une modification de la Constitution. Cette dernière permet désormais aux candidats présidentiels de se présenter jusqu’à l’âge de 75 ans et n’admet plus aucune limite du nombre de mandat. Sans cette réforme, le président ne peut envisager une réélection, qui sera d’ailleurs effective en 2004.

Mieux vaux tard que jamais…

« J’ai connu internet depuis très très jeune, mais je n’ai jamais pensé sérieusement à faire un blog. »

Pourquoi ?
« Tout simplement parce que je ne savais pas sur quoi écrire. J’étais plus consommateur que contributeur… »

Alors pourquoi le faire maintenant ?
« Parce que maintenant j’ai sur quoi écrire… j’ai une idée… une vision de la Tunisie à venir… et je doit l’exprimer. »